Guide des sortiesexpo

Takis, Champs magnétiques et Le Bord des mondes

mercredi 01 avril  > dimanche 17 mai 2015Archive
Takis, Champs magnétiques et Le Bord des mondes © Kenji Kawakami Courtesy Christophe Lecoq

Jusqu’au 17 mai
Tous les jours sauf mardi, de midi à minuit
Fermé le 1er mai

A partir de 6 ans

Tarif : 10 euros, réduit : 8 euros, gratuit pour les moins de 18 ans

Palais de Tokyo, métro Iéna

www.palaisdetokyo.com

Prendre un billet d’entrée pour le Palais de Tokyo, c’est comme ouvrir une porte spatio-temporelle : on plonge vraiment dans un autre monde. On y découvre des œuvres d’art contemporain plus étonnantes les unes que les autres dans un lieu incroyable, vaste comme un labyrinthe.

Commencez par l’univers de l’artiste Takis, qui est à présent un honorable vieux monsieur de 90 ans, mais qui a dû garder une âme d’enfant, à en juger par ses drôles de totems-balayettes, ses cordes qui vibrent toutes seules, ses mécaniques tonitruantes ou ses curieux tableaux aimantés.

Ensuite, descendez au sous-sol pour explorer Le Bord des mondes, une exposition collective vraiment fascinante, pleine de surprises et d’humour, qui présente des œuvres à la lisière de l’art… et d’autre chose. Et ce sont justement ces frontières qui les rendent à la fois spectaculaires et accessibles à presque tous les âges.

Les sculptures en équilibre de Bridget Polk, faites d’éclats de pierre posés les uns sur les autres ; les « Strandbeasts », ou « créatures de plage » de Theo Jansen (d’impressionnants mécanismes de voile, de bambou et de plastique qui se meuvent grâce au vent) ; les robots presque humains de Hiroshi Ishiguro ; ou les photographies de larmes de Rose-Lynn Fisher, qui évoquent des paysages vus d’en haut : toutes ces créations, et bien d’autres, tiennent de la science, du bricolage, de la mode, du canular, voire de la science-fiction.

Elles sont immédiatement compréhensibles par l’effet qu’elles induisent (on est séduit, inquiet, étonné, amusé ou même, parfois, émerveillé), mais toutes ont en commun de nous inviter à réfléchir sur ce qu’est le monde.

Et ainsi, étrangement, elles puisent à la source même des questionnements de l’enfance : qu’est-ce qu’être vivant ? Qu’est-ce qu’être humain ? Les larmes de rire et les larmes de joie se ressemblent-elles autant qu’on le croit ? Y a-t-il d’autres mondes possibles ? On ne trouve pas forcément les réponses, mais tous ces points d’interrogation aux multiples formes ont quelque chose de réconfortant.

Dans ce Bord des mondes, la folie est créatrice, un jeu clandestin se transforme en œuvre d’art, et des araignées deviennent des brodeuses aux motifs ­-… C’est comme si on traversait le miroir.

Orianne Charpentier 

13, avenue du Président-Wilson
75016
Paris
M° Iéna Bus 32, 42, 63, 72, 80, 82, 92 RER C, Pont de l’Alma
01 47 23 54 01

Ça se passe ici aussi

Share to Facebook Share to Twitter More...

Le calendrier des sorties